Dans la revue de presse du lundi 2 août, nous aborderons : l’augmentation de cas sévères de coronavirus, le souhait de débattre sur le confinement et l’espérance de vie qui atteint des records.

Cas sévères

Alors que l’on observe une diminution du nombre de personnes âgées développant des symptômes graves, en raison de la vaccination, les chiffres concernant les personnes de 40 à 50 ans sont à la hausse lors de cette cinquième vague de contaminations. Les symptômes modérés sont également plus répandus chez les patients dans la vingtaine ou la trentaine. Ces signes sont inquiétants alors que Tôkyô a enregistré plus de 2 000 nouveaux cas aujourd’hui et que l’état d’urgence est rétabli dans plusieurs départements.

Débat à la Diète

Le directeur de la politique du Parti Libéral Démocrate, parti du Premier ministre Suga, a appelé à des débats à la Diète sur les révisions juridiques concernant le confinement, afin de contenir la propagation du nouveau coronavirus. En effet, il n’est pour l’instant pas possible légalement d’imposer un confinement strict aux Japonais. Le secrétaire en chef du Cabinet, Katsunobu Katô, a rappelé que cela serait « une restriction majeure des droits individuels », en opposition avec la Constitution demandant le respect des droits humains fondamentaux.

Espérance de vie

Selon une publication du ministère de la Santé, l’espérance de vie moyenne au Japon a atteint des records en 2020, s’établissant à 87,74 ans pour les femmes et 81,64 ans pour les hommes. Cela correspond à des hausses de 0,30 et 0,22 an par rapport à 2019. Seule la région administrative spéciale de Hong Kong fait mieux sur les deux tableaux. Cependant, n’étant pas reconnue par l’Organisation Mondiale de la Santé, le Japon est donc en tête du classement pour les femmes et deuxième pour les hommes, et ce depuis 1985.

close